MED-POINT BIS

Tous les Mauriciens se souviennent de la fameuse `Med-Point Saga`dans laquelle s`était empêtrée toute la famille Jugnauth . On sait aussi comment après un verdict qui allait faire Pravind passer des mois en prison, la procédure d`appel lui donna la chance de sa vie.

Cependant ce qui lui sauva vraiment c`est le revirement spectaculaire et immoral de la part de l`ICAC devant le Privy Coucil où l`on vit pour la première fois dans les annales du Judiciaire mauricien le représentant d`un Organisme qui avait enclenché lui-même la poursuite dans un premier temps contre le prévenu, faire volte-face et se mettre du côté de la défense pour finalement dire que l`ICAC n`avait plus rien à reprocher à ce même prévenu déjà condamné à la prison par la Haute Cour mauricienne. Et du coup l`ICAC se plaçait en position d`adversaire du Bureau du DPP dont le représentsnt, pris de court ,n`avait aucun autre choix que de subir dans le silence l`humiliation qu`on venait de faire au Judiciaire mauricien.

Mais c`était plus qu`une humiliation. C`était une véritable honte. Au point où le représentant de l`ICAC lui-même se battait pour se cacher le visage à l`aide d`un misérable journal, quand les journalistes internationaux voulaient bien voir la figure de celui qui avait réalisé l`exploit d`une telle contorsion!  

Pourtant le scénario était prévisible. A partir de 2015 c`est les Jugnauth qui étaient au Pouvoir et ,comme pour toutes les autres Institutions, ils avaient vite fait de remplacer le Directeur de l`ICAC en poste sous l`ancien Gouvernement par quelqu`un sur lequel ils pouvaient compter.....Navin Bheekarry! 

Ce qui nous mène au deuxième scandale du même genre se déroulant actuellement mais avec une différence de taille.

On parle de cette fameuse affaire d`achat de Molnupiravir à 8 fois plus cher que le prix payé la veille pour le même produit.

Les protagonostes ont changé pour ce qui est des fonctionnaires mais l`acteur principal est le même. Car c`est Pravind Jugnauth qui préside le` High Level Committee`avalisant chaque transaction sous l`Emergency Procurement`.

Dans le cas de Med-Point les deux fonctionnaires en vedette étaient Bissessur et Dabydin. La Ministre de la Santé à l`époque était Mme Hanoomanjee qui avait démissioné entretemps. Quand la machinerie de l`ICAC s`est mise en marche la dame fut prise de malaise à la Cour et fut vite transportée à Appollo Clinic où elle retomba en paume dans les bras de celui qui se proclamait "esclave des Jugnauth" comme quoi c`était pour lui le plus grand honneur de sa vie!

On connait la suite de l`histoire. Bissessur fut frappé d`une amnésie soudaine et ne pouvait se rappeller de rien. Dabydin joua le même jeu que Dalida dans le présent feuilleton. Après sa suspension Bissessur fut réintégré et promu pour être ensuite nommé à la PSC après sa retraite. Dabydin monta en flèche dans la hiérarchie et devint même le Numêro Un de la Fonction Publique.

Comment tout cela est -il arrivé?

C`est que les Jugnauth `were back in Power and in business too`!

Mais il existe un fait que les Mauriciens ont tendance à oublier. Quand l`affaire `Med-Point` éclata le MSM faisait partie du Gouvernement de coalition PTR/PMSD/MSM. Navin Ramgoolam était Premier Ministre, Anerood Jugnauth ,Président de la République et .....Pravind Jugnauth Ministre des Finances! Celui-ci décida de démissioner avec les autres membres du MSM sans aucune consultation avec le Premier Ministre qui était en mission à Londres à ce moment là. 

Le fait ,dont très peu sont au courant, est le suivant: il y eut une tentative de ré-intégration du MSM au retour du Premier Ministre mais à condition que celui-ci intervienne pour amener les deux fonctionnaires ayant rapporté le cas à l`ICAC, à se raviser. Ce que Navin Ramgoolam refusa de faire sur une simple question de principe et d`éthique, car si les personnes visées étaient vraiment innocentes elles n`avaient rien à craindre . La Justice fonctionnait bien à Maurice,n`est-ce pas?

Quel est donc le rapport entre ces deux affaires?

Il concerne d`abord la posture des fonctionnaires dans de telles situations. A la différence des protagonistes du` Med-Point One` nous avons eu le plaisir de découvrir dans le cas présent un fonctionnaire ,au moins, qui a eu le courage de dire la    vérité alors que les autres concernés semblent vouloir se dérober. Nous saluons le comportement du Registrar /Principal Pharmacist de la Santé pour sa détermination de tout déballer. Il nous manque de fonctionnaires de cette trempe . 

Cependant on ne peut se montrer trop optimiste car nous avons affaire avec un Régime dont le `track record` donne des frissons: Que dire de ces morts suspectes ou autres personnes carrément assassinées comme Kistnen, Boittieux, Kanakya, Mooniaruck? Le Gouvernement a promis des enquêtes. Il y eu une Commission dont le Rapport se trouve déjà au Bureau du DPP. Les vrais coupables courent dans la nature et tout le monde est en danger.

Il faut sauver le soldat Naeck!